DALAAS
http://www.dalaas-wald.at

         
             Depuis 1303, on connaît l'existence du village de Dalaas. Mais depuis le premier siècle, un sentier   menait jusqu'aucarrefour du Schmittenbach, puis passait devant Mason et le lac de Formarin jusqu'au haut   de la vallée de Lechtal, vers le Talberg et plus loin par-dessus le massif de l'Arlberg. Deufus, le chef des   armées romaines et ses soldats utilisèrent déjà cette liaison entre Via Claudia Augusta dans le Tirol et la   vallée du Rhin au bas le L'Arlberg. Ce sentier représentait une liaison vitale jusqu'au Moyen-Age. Des   commerçants et des transporteurs vinrent de Formarin par Mason dans la vallée, trouvèrent à se loger à l'auberge Römerkeller et furent obligés de s'acquitter d'un droit de passage. Ces voies de communication historiques furent
à l'origine de Teloneus, la ville douanière dans la vallée du Klostertal. Quiconque passait par Teloneus, devait payer un impôt. C'est avec ces taxes qu'on fit l'entretien des chemins, des sentiers et des ponts. Le restant revint aux évêques de
Chur qui étaient en tant que comtes de Carinthie également connus comme des seigneurs de la région. A proximité de ces auberges qui leur appartenaient, à l'instar du « Römerkeller » , se fonda le hameau de Mason (du latin Mansio : habitation, maison). Lorsque les Johanniter construisirent ces auberges en 1218, le chemin des hautes montagnes perdit sa raison d'être et les agglomérations de Dalaas et Wald virent le jour au fond de la vallée. Par ces lieux, passèrent les chariots remplis de minerai d'argent, du ravin de Kristberghang vers Wald, vers les Hauts-fourneaux et dans l'autre sens revenaient des convoyeurs de sel venant de Hall. Les habitants de la vallée attendaient leur pain en tant que guide, forgeron, sellier,
charron, laquet, loueur de chevaux ou cantonnier. Malheureusement, il ne passait pas uniquement des voyageurs paisibles par le village. Pratiquement dans tous les siècles, des soldats des Habsbourg, des fermiers de l'Appenzell et autres troupes impériales pillèrent et brûlèrent tout à travers la vallée.

a

         Les 2 villages crûrent toujours davantage comme de typiques village rues.   L'impératrice Maria Thérésia et son fils Joseph autorisèrent la neutralité de la route,   qui fut améliorée en 1824. Le chevalier de Strolz, agent fiscal de l'état originaire de   Dalaas fit ériger l'église de la Sainte Croix pour les voyageurs. Les voitures postales   se ruaient à travers les villages. Même l'empereur François Joseph passa une nuit à   l'auberge « de la Poste  ». La mise en service du chemin de fer de l'Arlberg en 1884   apporta un changement fondamental. Les services et les hébergements, les charrons   et les forges se trouvant le long de la route durent fermer leurs portes ; la corne du   postillon se tut. En contrepartie les machines à vapeur sur rail tractant de lourdes   charges se hissèrent par-dessus l'Arlberg. Des gares, des accès en tous genres, des   retenues d'avalanches, des habitations individuelles, mais également des emplois
  sûrs   modifièrent l'aspect de la commune. Entre 1919 et 1924, on construisit le   barrage du   Spullersee. Des pâturages furent noyés dans les flots et depuis lors, les   eaux   canalisées activent les turbines de l'usine hydroélectrique du Spullersee pour   livrer en   indispensable énergie électrique le chemin de fer national. Mais la quiétude   de la   route de l'Arlberg ne durera pas longtemps. La commune montagnarde,
  maintes fois   touchées par des bouleversements, des inondations, la peur d'une avalanche potentielle dont la dernière et la plus grave eut lieu en 1954 et qui occasionna la destruction de la gare ainsi que
la perte de vies humaines, vécut un nouvel essor économique à travers le tourisme de masse, qui à nouveau s'approprie le très ancien axe ouest-est de l'Arlberg, et qui donne comme pendant des siècles, un nouveau cachet à Dalaas et à Wald.

(traduction du panneau se situant à l'entrée de la mairie de Dalaas)

 

b

 

Vieille ferme à Wald, aujourd'hui transformée en musée de la vallée du Klostertal

 










Où se trouve DALAAS ?

 DALAAS se trouve à 285 km de MULHOUSE

 

f


















                                                              Vue de DALAAS aujourd'hui
                                                                                (photo : C.AULLEN)




g

DALAAS aujourd'hui, village de naissance d'Adam RINER. Au centre, l'église Saint OSWALD. (photo : C.AULLEN)

 

 

 

  Notre famille à Dalaas

           
A Dalaas et à Wald, de quoi vivaient nos ancêtres, difficile à dire! Sans doute cultivaient-ils la terre et peut-être     possédaient-ils quelques animaux, ce qui était déjà synonyme de richesse en ces temps-là. Il semblerait en tous les cas, que les     RINNER se soient spécialisés dans la maçonnerie. On peut imaginer que la vie n'était pas facile dans la petite vallée encaissée
    du Klostertal, ce qui a certainement poussé certains habitants à tenter leur chance sous d'autres cieux.

           Il y avait à l'époque également beaucoup de saisonniers qui allaient exporter en hiver leur savoir-faire en temps que     stucateur, maçon, etc...

           De 1740 à 1766, Adam RINER eut au moins 13 enfants de deux unions différentes: 8 garçons et 5 filles.

           C'est ainsi qu'au moins trois des enfants d'Adam (fils de Joseph et Bargehr Katerina) vinrent en France pour y exercer le     métier de maçon. Ils participèrent notamment à la construction de l'église paroissiale de Traubach-le-Haut en 1785 et peut-être     également celle de Galfingue. Selon les dires, on trouva les initiales des RINNER lors de la rénovation de l'édifice.

           Josef né le 22. septembre 1742 est à l'origine de la branche des RINNER de Galfingue. Josef est issu du premier mariage     d'Adam avec MATH Agatha le 22 novembre 1739. Il se maria avec Agnès MULLER à Galfingue, le 21 novembre 1768.

           François Joseph né le 22 février 1757 est à l'origine de la branche des RINNER de Traubach-le-Haut. François Joseph
    est issu du deuxième mariage d'Adam avec WÜSTNER Katherine le 7 novembre 1754. Il se maria le 25 juillet 1785 avec
    BIRR Catherine à Traubach-le-Haut. Cette branche a été largement étudiée par Josiane AFFHOLDER/RINNER.

           Johann Josef né le 13 octobre 1758, également issu du deuxième mariage, s'est établit à Grentzingen.

           On dit également que l'un des frères RINNER décéda suite à une chute d'un échafaudage, ce qui laisse à supposer qu'un     quatrième frère aurait également émigré en Alsace, bien que cet état de fait ne soit pas confirmé pour le moment. Deux fils (sur     huit) d'Adam étant décédés en bas âge, trois autres fils parvinrent à l'âge adulte (sic) : Bernardus (°1755), Andreas (°1764) et     Johann Christian (°1766) dont pour l'instant nous n'avons pas retrouvé les traces. Les 3 premiers cités ci-dessus (Josef,
    François Joseph, et Johann Josef) étant décédés à un âge relativement avancé pour l'époque, la thèse du quatrième frère
    venu en Alsace est plausible.

           Remarque : contrairement à l'usage en Alsace autrefois, c'est le premier prénom qui est ci le prénom usuel.

 

Naissance d'Adam le 4 juin 1713, fils de RINER Joseph et BARGEHR Catharina  

h    
           A DALAAS, et à WALD AM ARLBERG, les deux villages à l'histoire commune blottis dans l'étroite vallée du     KLOSTERTAL, il n'existe aujourd'hui plus de famille RINNER. Cependant, nous avons retrouvé sur la stèle du village
    de WALD, un Johann RINNER incorporé au 2. Landsturm Rgt, né le 14.03.1877, et tombé en Russie en 1917.
    Des RINNER ont bien vécus à DALAAS et à WALD.
   
i
         
  k    
         

    Autres traces d'ascendants RINNER à DALAAS, dans le "HEIMATS BUCH von DALAAS-WALD", on peut lire :

    - concernant les morts accidentelles:
    1807: Franz Anton RINNER, 50 Jahre, hat es "im Holz" erschlagen (p.128)
    - les emigrations-:
    1825: Leonhard RINNER, geboren 1755, vermutlich von WALD, ist als Leutnant nach Sardinien gekommen und dort im     alter von 70 Jahre verstorben.
    Besitzer von Vieh auf der Gemeindealpe SPULLERS waren damals aus WALD: RINNER 1 (Vieh)

haut