GALFINGUE

Canton de Mulhouse-Sud Arrondissement de Mulhouse
Superficie : 536 ha
Population en 1990 : 522 habitants
Habitants : les Galfingeois
Origine du nom : probablement de Saint-Gangolphe

a

 

Blason : la crosse évoque l'abbaye de Masevaux qui était possessionnée à Galfingue jusqu'à la révolution.



Historique :

        L'origine du village, où une ancienne nécropole carolingienne a été découverte, est incertaine. Son nom peut être
rapproché de Saint-Gangolphe, dont l'église mentionnée en 1260 a gardé le vocable. Le village appartient successivement
à la seigneurie de Thann, aux Ferrette, puis de 1324 à 1648, aux Habsbourg. Il est détruit parles Anglais en 1375.Lors de
la guerre deTrente Ans, en 1634, Galfingue ne compte plus que douze habitants car la population se cache à Mulhouse.
Pendant la Première Guerre mondiale, le village se trouve à nouveau dans la zonede combat. Il est sinistré lors des
évènements de la Seconde Guerre mondiale. Cité-dortoir, le village a toujours développé une activité essentiellement agricole.


b
Oratoire Notre-Dame-De-Paix  


X VIIIè siècle  
Architecte : SCHLEGEL  
Rue Saint-Blaise et rue de Heimsbrunn   

       Situé à l'emplacement d'un ancien Schaecher , petite chapelle votive, cet oratoire
édifié après la révolution a été construit grâce au bénéfice d'une fête populaire locale
ainsi qu'aux  remboursements des dommages de guerre. Il est orné d'une Vierge de
Lourdes, d'un autel et du Christ. De part et d'autre sont mentionnés les noms des
victimes des deux guerres mondiales. Consacré en 1961, l'oratoire se trouve sur la
route qu'empruntaient autrefois les ouvriers pour se rendre dans les usines de Mulhouse.


c

  Portail de l'église Saint-Gangolphe


  Fin du XVIIIè siècle
  Architecte : Jean-Baptiste SCHACRE



       Caractéristique de la fin du XVIIIè siècle, cette église possède un portail daté de 1783.
  La   flèche est remaniée en 1868 par J-B SCHACRE. Celui-ci est l'auteur de nombreux
  bâtiments scolaires, de casernes, de corps de garde, de bains, de lavoirs publics,
  à Mulhouse,ainsi que les églises de Brunstatt, Didenheim et Zillisheim.


d

Chaire   

XVIIIè siècle  
Eglise Saint-Gangolphe  





Sur sa cure, cette chaire est ornée d'une ancre et d'un rameau de laurier, d'un crucifix
sur le   dorsal et du Saint-Esprit sous l'abat-voix. Surmontant l'ensemble, un angelot
tient les tables de   la Loi et embouche la trompette du jugement dernier.

 



e
Autel et Retable  

XVIIIè siècle  
Eglise Saint-Gangolphe  




         Le retable d'angle de cet autel est orné d'un tableau représentant une Vierge de pitié.
L'autre autel   latéral de l'église figure saint Hubert en costume Henri IV, agenouillé devant le
cerf portant entre ses bois la   croix lumineuse.


f
  FONTS BAPTISMAUX


  XVIIIè siècle
  Pierre et bois polychromes
  Eglise Saint-Gangolphe

       

         En pierre et en bois, peints à l'imitation du marbre, ces fonts baptismaux sont sculptés
  d'ornements   végétaux et d'une guirlande de lauriers.

 

g

MAÎTRE-AUTEL ET RETABLE  

Fin du XVIIIè siècle  
Sculpteur : Gabriel Ignace RITTER  
Bois et stuc  
Eglise Saint-Gangolphe  



         Ce maître-autel est attribué à Gabriel Ignace RITTER, également maître d'œuvre
de l'église Notre-Dame de Guebwiller. Sur le retable, deux anges écartent une draperie
pourpre ornée de broderies et :de franges d'or qui dévoile la glorification
de Saint-Gangolphe. De part et d'autre se dressent les statues de saint Augustin ou
de saint Blaise et de sainte Agathe. L'attitude extasiée du saint, des anges et des
angelots ne sont pas sans rappeler l'Assomption de  la Vierge.





h
ORGUE 1836  


Facteur : Joseph Callinet  
Eglise Saint-Gangolphe  

        Restauré en 1890 par Joseph Antoine BERGER, cet orgue est reconstruit
en 1923   par Edmond Alexandre ROETHINGER, puis transformé par
Ernest MULHEISEN en   1958. On suppose que ces multiples restaurations sont
dues aux deux guerres mondiales.

 

j
  BORNES
  Place du 2è Régiment des Chasseurs d'Afrique

       La borne centrale qui représente l'écusson de la famille Waldner de Freunstein est
 entourée par deux bornes figurant toutes deux la crosse de l'abbesse de Masevaux.
 Ces trois bornes proviennent du ban de Galfingue ou de villages environnants.

 

kPLAQUE COMMEMORATIVE  


Vers 1944  
Place du 2è Régiment des Chasseurs d'Afrique  

         Erigée en souvenir de la libération du 26 novembre 1944, cette plaque rappelle
la  mémoire du lieutenant Saint-Trivier et du chasseur Fernandez tués à cette date.
Lors du  combat final, la population du village est évacuée et plusieurs maisons sont
sinistrées.

Textes et photos issus du livre Villages d'Alsace–éditions FLOHIC

 
               
 


  Notre famille à Galfingue :

          C'est à Galfingue que Joseph RINNER, le fils d'Adam, s'établit après son mariage en 1768 avec
  Agnès MULLER. Des descendants portant ce patronyme y vécurent jusqu'au XXè siècle. A Galfingue, les
  RINNER étaient marchand de porc, coquetier,
(marchand ambulant récoltant des produits frais tels que beurre,
  œufs ….dans les campagnes pour les revendre au marché),
marchand de plumes ou menuisier.

 
               
         
Haut