HECKEN

Canton de Dannemarie Arrondissement d'Altkirch
Superficie : 245 ha
Population en 1990 : 372 hab.
Habitants : les Heckois

Cours d'eau : le Soultzbach et le Sunderbach
Origine du nom : de l'allemand Heck , haie.

a

  Blason : la haie évoque le toponyme.

 




Historique :

        Hecken appartient à la prévôté de Traubach et au comté de Ferrete jusqu'aux traités de Westphalie. En 1790, le
village est rattaché au canton de Dannemarie et à l'arrondissement de Belfort. Ne possédant ni église ni chapelle,
la communauté religieuse constitue une filiale de la paroisse de Gildwiller.

z
CROIX 1791  

Pierre (H :132 cm)   

 

        Cette croix, de taille inhabituelle, présente une traverse dont les extrémités sont courtes et   hendées.
A la place du Christ, une Vierge couronnées tenant l'Enfant Jésus est sculpté en haut-relief.  Comme
le rappelle une inscription sur le fût, l'ensemble est érigé à la mémoire de Jean Georges  Schnoebelen,
décédé accidentellement à l'âge de 23 ans an 1791.

 

e

  MAISON DE TYPE DISSOCIE 1841

  8, rue principale

        Cette maison fait partie des rares demeures du Sundgau à présenter un   mur   gouttereau parallèle à la rue. Les linteaux de la façade sont cintrés, et les   pottelets   d'allège sont visibles sous les fenêtres. Au-dessus de la porte   d'entrée, la double   sablière médiane porte la date gravée de 1841, coupée par la lettre H, prolongée en croix latine. Des fragments de poterie et de bois brûlé ont été mis au jour dans la cave de cette demeure. L'une des pièces ainsi découvertes est un pot tripode avec anse datant du XVè siècle. Des fragments de faïence ayant appartenu à un poêle portent une représentation de Samson terrassant le lion. L'ensemble est antérieur à 1481.

 

r
MAISON DE TYPE DISSOCIE 1852  

24, rue principale  
Pierre et grès  

 

        Le mur pignon de cette demeure présente deux auvents, au niveau de la  
sablière médiane et de celle du toit. La particularité de cette maison est de  
posséder un rez-de-chaussée en pierres, dont les angles sont en pierre de   tailles, 
en grès des Vosges. Les encadrements des fenêtres et des portes sont   également
en grès rouge. La date de 1852 est gravée sur le linteau de la porte   d'entrée.
La façade qui donne sur la cour présente une double sablière   médiane,   et les
têtes de solives sont apparentes.

 

Textes et photos issus du livre Villages d'Alsaceľéditions FLOHIC

 

  Notre famille à Hecken :

          C'est Laurent BOCK, un des fils de Joseph décédé en 1781 à SOPPE-LE-BAS, qui s'installa à HECKEN. En
  1780, Laurent est bourgeois à HECKEN. Laurent eut deux unions : la première avec Barbe JODER avec laquelle il
  eut 5 enfants, la deuxième avec Anne BRUN qui lui donna également 4 enfants, dont Antoine, notre ascendant.
  Antoine BOCK était un survivant haut-rhinois des armées napoléoniennes. Il était gardien de troupeau de la commune et
père de famille nombreuse.

  Ses états de services: conscrit de 1806 à 1814, 34 ème Chasseurs à pied, sans pension.

          Coincidence remarquable, le jour de son mariage, Laurent BOCK, un frère d'Antoine avait comme témoin un
  certain Nicolas SCHOEN. 5 générations plus tard, ces 2 familles se retrouvent à travers 2 de leurs descendants:
  Sylviane RINNER et Christophe AULLEN (descendant SCHOEN). Comme quoi, nos arrières arrières grands-parents
  se connaissaient déjà, à HECKEN.

          BOCK Antoine eut au-moins dix enfants dont l'un se prénommait également Antoine. Ce dernier, après son
  mariage avec LUTTERBACH Anne-Marie, fut le père de Rosalie BOCK, notre arrière grand-mère.

       
Haut